Hello les amis !

Aujourd’hui, laissez-moi vous parler d’une marque que j’affectionne particulièrement depuis des années. Vous l’avez surement déjà aperçue sur un de mes posts Instagram, je ne laisse pas de suspense plus longtemps. Oui, vous l’aurez deviné, je voudrais vous parler un peu plus de ma (nouvelle) montre Seiko, issue de la collection Presage.

Tout d’abord, laissez moi vous présenter l’univers de la marque, si vous ne la connaissiez pas encore ! Seiko, maison fondée en 1881, a toujours eu l’horlogerie comme domaine de prédilection avec, comme adage « toujours un pas d’avance sur les autres ».

Ainsi, leur première montre date de 1895 !

Nous voici donc, plus d’un siècle plus tard, au cœur de leur Collection Presage, pensée par et pour les Japonais, basée sur les très célèbres bars à cocktails, présents dans toute grande ville qui se respecte. Chaque modèle de la Collection Presage s’inspire d’un cocktail particulier.

Pour moi, ce sera une montre automatique, le modèle SSA343J1.

Il existe, pour chaque modèle de montre, deux calibres différents. Pour ma part, il s’agit du 4R57. Ce dernier possède un indicateur central de réserve de marche, indispensable pour un globe trotter comme moi 😉

Comme vous l’aurez remarqué, elle est visuellement très raffinée. Fond de cadran bleuté, effet de relief façon soleil, aiguilles argentées fines et scintillantes… De près, le verre du cadran est légèrement bombé et le bracelet en cuir, noir, est agrémenté de fines surpiqures tout le long. Autant de détails qui comptent quand, finalement, la montre est un peu la signature de celui qui la porte ?

Pour les connaisseurs, l’intérieur est aussi élégant que l’extérieur : 3 aiguilles dont une indique la date, belle autonomie de réserve de marche, précision quasi chirurgicale.

Les plus sensibles pourront ressentir le mécanisme de remontage grâce à la forme inédite de la couronne de cette petite merveille. Ce que j’ai personnellement aimé, ce sont ces jeux de couleurs dans les tons aciers, ces différentes nuances de bleu qui s’allient parfaitement au gris de l’acier et se retrouvent discrètement dans les surpiqures du bracelet. Le bouton pressoir est facile d’utilisation, un simple geste fluide permet de la régler.

Au quotidien, le cuir s’assouplit, tout en conservant sa couleur et sa douceur. Pas de mauvaise surprise en l’enlevant !

Les aiguilles incurvées ajoutent de la perspective et de la profondeur à cette montre, sans la surcharger puisqu’elles se fondent dans la palette de couleurs du modèle.

Pour la petite histoire, le cadran si scintillant est le résultat de la superposition de 7 couches de vernis, bien plus brillant que toute manucure ;)Enfin, vous l’aurez compris, la Seiko Presage, j’adhère, j’adore.
Fine, précieuse, élégante, Seiko réussit une nouvelle fois son pari, made in Japon.

Je vous laisse découvrir ce petit bijou en photo ci-dessous !

Kampaï ! *

* « A votre santé », en japonais

N.